Jubilé: 140 ans Croix-Bleue

20 Septembre 2017

Un vendredi de septembre 1877 à Genève. Louis-Lucien Rochat, pasteur réformé du canton de Vaud, fonde la Croix-Bleue avec 27 autres personnes. Le nom et la mission sont inspirés par la Croix-Rouge : « Secours aux blessés agissant sur le champ de bataille de la vie afin de sauver les victimes de l’alcoolisme et les estropiés des tavernes ». Ce qui a débuté le 21 septembre 1877 avec l’engagement de quelques-uns est devenu au cours des décennies un mouvement populaire et enfin un interlocuteur professionnel reconnu pour les questions d’addiction, et cela bien au-delà des frontières suisses. Au cours de cette période, la Croix-Bleue a influencé le travail sur l’addiction comme aucune autre institution. Offres de soutien pour les personnes souffrant de dépendances, foyers pour les enfants de parents alcooliques, premiers tracts et films pour la prévention ou encore formations pour les accompagnants et accompagnantes de personnes dépendantes. La Croix-Bleue a laissé son empreinte et accompagné de nombreuses personnes.

En même temps que la Croix-Bleue, son fondateur fête un jubilé. Louis-Lucien Rochat est décédé il y a 100 ans et son héritage est impressionnant. En quelques années, d’une initiative locale, la Croix-Bleue est devenue un mouvement international. Pourtant, que ce soit Louis-Lucien Rochat qui s’engage dans la lutte contre l’abus d’alcool relève presque du hasard. Au cours de ses études, il était, en tant que membre d’une fraternité, tout sauf opposé au vin et à la bière. Au contraire, il était même considéré comme étant un bon buveur. Toutefois, sa foi était très importante pour lui. Un de ses camarades constata que Louis-Lucien allait tous les dimanches à l’église, quelle que soit l’heure à laquelle il avait arrêté de faire la fête. C’est cette foi qui le motiva dans son engagement. Au cours d’un séjour d’étude en Angleterre, il y découvrit le mouvement d’abstinence, ce qui fut un choc pour lui. C’était incompréhensible pour lui que l’on puisse vivre sans aucune goutte d’alcool. Il fit sa première tentative de renoncer à l’alcool comme l’on tente une expérience. De retour en Suisse, il fut confronté aux côtés négatifs de la consommation. Dans sa paroisse, beaucoup de personnes souffraient des conséquences de leur consommation excessive : décès, violence, pauvreté. Touché par cette détresse, il décida d’agir et fonda la Croix-Bleue.

Une association en pleine transformation

Pour la Croix-Bleue, ce jubilé est surtout l’occasion de regarder vers le futur. La Croix-Bleue répond toujours à une demande importante, estime Philipp Hadorn, Président de l’association centrale Croix-Bleue Suisse et Conseiller national. Grâce à ses offres de base diversifiées proposées dans toute la Suisse ainsi qu’aux volontaires, l’association fournit toujours un travail important. Malgré tout, l’avenir n’est pas toujours réjouissant : « La pression financière croissante dans le domaine du social au niveau fédéral et cantonal, la persistance des tabous autour de l’abus d’alcool et de ses conséquences, tout comme le manque de solidarité envers les personnes dépendantes représentent des enjeux que la Croix-Bleue devra confronter à l’avenir », explique Philipp Hadorn, tout en concluant de manière positive « Nous sommes prêts pour cela ».



JE DONNE


CONTACT


Croix-Bleue Suisse
Lindenrain 5
3012 Berne
031 300 58 60
info@blaueskreuz.ch





Vous vous trouvez sur le site de la Croix-Bleue Suisse
Si vous cherchez des informations plus détaillées sur nos offres en Suisse romande, nous vous prions de visiter les sites de la Croix-Bleue romande: