Alcool au travail

Ai-je le droit de licencier quelqu’un lorsque l’alcool devient un problème ? Comment puis-je aborder la question de l’alcool avec un/e collaborateur/collaboratrice ? Peut-on, de manière générale, se mêler de la sorte de la vie d’un/e collaborateur/collaboratrice ? Nous offrons des réponses à ces questions et soutenons les entreprises dans le cadre de la prévention des dépendances au sein des entreprises au moyen de formations, conseils ainsi que grâce à des coachings. En outre, nous vous soutenons volontiers pour développer et implémenter un concept de santé au sein de votre entreprise.

Notre offre pour la prévention des dépendances dans les entreprises est basée sur la pratique. Elle se compose des modules suivants :

  • présentations et formations ;
  • coaching des responsables et des membres de la direction ;
  • gestion d’entreprise – calcul des coûts engendrés par la dépendance dans l’entreprise ;
  • gestion de la santé dans l’entreprise.

Ces modules peuvent, selon les besoins, être appliqués individuellement ou en tant que paquet global au sein de votre entreprise.

Quelles sont les conséquences de l’alcool sur le lieu de travail?

+

Un examen des entreprises suisses montre que 2 à 5% de tous les employés présentent une consommation problématique d’alcool. D’autres études constatent que les alcooliques sont 25% moins productifs, causent en moyenne beaucoup d’accidents de travail et sont souvent absents.

La question de l’alcool est-elle pertinente dans votre entreprise?

+

L’alcool a une influence sur les prestations – de manière directe et indirecte. Un état d’ivresse, les prestations professionnelles reculent. Les problèmes privés survenant en raison de la problématique d’alcool ont également des effets négatifs sur les prestations professionnelles. Plus le problème d’alcool est important, plus les prestations diminuent et plus les risques d’accident augmentent. Les employeurs et employeuses sont légalement liés : ceux qui laissent consciemment travailler des collaborateurs/collaboratrices en état d’ébriété sont punissables selon la loi sur l’assurance accidents (art.82).

Une résiliation des rapports de travail est-elle appropriée ?

+

La résiliation des rapports de travail n’est pas une solution adéquate, ni d’un point de vue économique, ni d’un point de vue éthique. Perdre une force de travail et repourvoir le poste engendrent des coûts. De plus, le licenciement d’une personne souffrant de dépendance peut engendrer de l’insécurité au sein de l’équipe. C’est pourquoi nous conseillons d’introduire tout d’abord des mesures de soutien avant d’envisager le licenciement.

Quelles mesures peuvent être prises?

+

En cas de soupçons, la première étape est un entretien bien préparé avec l’employé-e. Nos coachs vous conseillent volontiers lors de la préparation de cet entretien. Au plus tard lorsque les soupçons sont confirmés, une collaboration avec un service spécialisé en dépendances est conseillé. La Croix-Bleue dispose d’un concept éprouvé pour la coopération avec les employeurs. En tant que spécialistes, nous pouvons évaluer la situation de manière fiable et offrir le soutien correspondant.  Les licenciements en deviennent superflus et les prestations professionnelles des personnes concernées augmentent, généralement, à nouveau.

Alcool au travail est un projet de la Croix-Bleue Suisse. Des centres de compétences cantonaux existent dans les cantons de Berne, Bâle et Zurich. En Suisse romande, la Croix-Bleue romande est responsable.

 


JE DONNE


CONTACT


Croix-Bleue Suisse
Lindenrain 5
3012 Berne
031 300 58 60
info@blaueskreuz.ch





Vous vous trouvez sur le site de la Croix-Bleue Suisse
Si vous cherchez des informations plus détaillées sur nos offres en Suisse romande, nous vous prions de visiter les sites de la Croix-Bleue romande: